Revenir aux actus
Festivals
03/06/2019

Le Très Court International Film Festival arrive très vite !

La 21e édition de ce festival international destiné aux formats les plus courts se tiendra du 7 au 16 juin 2019, dans plus de 80 villes à travers le monde, soit 20 pays ! À Paris, le festival investira le Forum des images les 15 et 16 juin.  

Avec une durée n'excédant pas 4 minutes (hors titre et générique), les films proposés au Très Court International Film Festival relèvent un défi, à l'ère où le visionnage de vidéos en un éclair fait partie des nouveaux usages. Ce format audio-visuel en pleine expansion prend le rythme d'une génération de l'instantanéité, surtout sur internet, tablettes et mobiles. 4 minutes c’est court, sauf lorsqu’on est transporté, si bien qu’un instant peut sembler suspendu pour l’éternité, un instant durant lequel plus aucune seconde n’est comptée. Les films relèvent la prouesse d'un scénario concis, surprenant et bien souvent inattendu. Fiction, animation, micro-docu, clip, blog vidéo...  Tous les genres sont présents et participent à favoriser la diversité dans les propositions, qui laissent la part belle à l’émotion. C'est l'occasion de voir plus d’une centaine de très courts métrages et de découvrir les multiplicités des styles en moins de 2 jours ! Le Très Court International Film Festival est un événement sans frontières, avec des projections durant 10 jours en simultané dans 20 pays. Il se déploie au travers de plusieurs catégories : 



La compétition internationale rassemble les derniers courants de la création cinématographique mondiale avec une quarantaine de films qui concourent en vue d'une place au sein du palmarès décerné par le jury (cette année présidé par le réalisateur Michel Hazanavicius), mais également dans les cœurs et les bulletins de votes d'un public exigeant.

Ci-contre : Enough d'Anna Mantzaris – France
 



La compétition “paroles de femmes” met un coup de projecteur sur l'horizon créatif féminin à l’écran. Qu’elles soient devant ou derrière les caméras, les femmes portent ces films et elles ne sont pas là pour faire de la figuration ! Portraits, témoignages, histoires de vie, de lutte, le quotidien tout comme l’exceptionnel se retrouvent sous la loupe des réalisateurs, loins des stéréotypes. 

Ci-contre : Millie de Daniel Turner – Royaume-Uni




La sélection française, de réalisateurs français donc, garantit un plaisir purement frenchy... sans être chauvin !
 

Ci-contre : AOC de Benjamin Lapierre – France





La sélection “Trash & Glam” est réservée à ceux qui sont prêts à s’affranchir de toutes les limites et à dépasser allègrement les lignes jaunes. Dans ce programme inrecommandable sont regroupés les courts les plus incongrus, décalés et transgressifs. Une séance jubilatoire où sont réunis pour le meilleur et surtout pour le pire, humour noir, mauvais goût et délires en tous genres.

Ci-contre : Shit That Was Close de Guillaume Blanchet – Canada



La sélection familiale est dédiée aux petits et grands enfants, de 6 à 106 ans. En une heure, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de films qui s’égraineront comme autant de portes ouvertes vers des univers magiques, lumineux et sensibles.

Ci-contre : Toolün d'Élise Neau, Coraline André, Karl Lutz et Simon Guillory – Chine




Pour la première année, le Très Court donne l’occasion à tous les cinéastes, qu’ils soient novices, aguerris, scénaristes, comédiens, mais surtout écologistes et citoyens, de participer à un défi spécial environnement et de tenter de remporter le prix « CNC Talent - Défi 48h Très Court ». Dès le 7 juin, le top départ sera lancé pour toutes les équipes inscrites, qui n’auront que 2 jours pour réaliser un court métrage de moins de 4 minutes.

À l'issue du festival seront récompensés le Grand Prix (1 500 €), le Prix de l’originalité (500 €), le Prix de l’animation (500 €), le Prix du public (500 €), le Prix du droit des femmes (1 000 €), le prix Canal+ (achat de droits pour diffusion sur Canal+), le prix CNC Talent défi 48h (3 000 € de bourse de résidence).
Les récompenses seront remises à Paris, au Forum des images à l’issue des projections. Le Prix du Public sera quant à lui décerné après décompte des votes de l'ensemble des spectateurs, annoncé sur le site du festival.

Léa Drevon