Revenir aux actus
Festivals
07/10/2019

Comme une avalanche... de récompenses !

Au vu de la densité réaffirmée du calendrier des festivals, chaque week-end qui passe fait son lot d'heureux parmi les réalisateurs et réalisatrices de courts métrages.

Ces dernières heures, plusieurs palmarès ont été dévoilés ici ou là, en France et ailleurs. À Meudon, pour la 30e édition du Festival du court métrage d'humour, c'est Pool de François Magnin qui a remporté le Grand prix, tandis que le public jetait son dévolu sur Le graffiti d'Aurélien Laplace. Mentionnons également le Prix spécial du jury décerné à l'animation Hors pistes de de Léo Brunel, Loris Cavalier, Camille Jalabert et Oscar Malet, étudiants de l'Ensi (visuel ci-dessous à droite), et celui de la jeunesse remis à Cache-cash d'Enya Baroux et Martin Darondeau (photo ci-dessous à gauche).

 

 

 


 

À un autre point cardinal de la périphérie parisienne, à Saint-Maur-des-Fossés, le Festival Sur les pas de Mon oncle a lui aussi mis à l'honneur Hors pistes, auréolé du Prix coup de cœur du public parmi les 13 distinctions octroyées, le Grand prix étant allé à Best Friends, œuvre d'animation concotée entre les murs de Gobelins par un quintet d'étudiants. R.I.S.E. Pathfinder, signé de cinq élèves de l'école Georges-Méliès, a pour sa part obtenu le Prix du jury.

Si l'axe de “Sur les pas de Mon oncle” tourne autour de la jeunesse des réalisateurs (moins de 30 ans exigés...), le motif de la guerre, au sens large, guide la sélection de War on Screen, à Châlons-en-Champagne, et c'est Silence de l'Iranien Mahdi Borjan (photo ci-dessous à gauche) qui a, au sein de la Compétition internationale de courts métrages, décroché le Prix du meilleur court métrage du jury lycéen, tandis que le film de Morgane Dziurla-Petit Excess Will Save Us (photo ci-dessous à droite) a séduit le public de la manifestation et poursuit ainsi son chemin pavé de succès.

 

 

 

 

 

Quant à Biarritz et son “rendez-vous des cinémas et des cultures d'Amérique latine”, il a permis, à l'issue de sa 28e édition, à la Brésilienne Rafaela Camelo de monter sur scène recevoir le Prix du meilleur court métrage pour O mistério da carne (photo de bandeau), remis par un jury composé d'Aurélie Chesné (France Télévisions), de la productrice Nidia Santiago et du réalisateur Morgan Simon, qui ont aussi décerné une mention spéciale à une production uruguayenne : Hogar de Gerado Minutti. Rafaela Camelo a également été retenue par le jury “Bal-Lab” pour son projet de premier long métrage, Sangue de meu sangue, pour un coup de pouce qui est tout sauf négligable dans le contexte de déconstruction culturelle entrepris par le gouvernement Bolsonaro.

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, du côté de la Wallonie, une dizaine de prix sont réservés aux courts métrages dans le cadre du Festival international du film francophone de Namur et le fameux Bayard a été décerné à La musique de et avec Jean-Benoît Ugeux, également plébiscité en tant qu'acteur (et vu par ailleurs ces dernières années dans L'ours noir et Le film de l'été, notamment). On citera aussi plus particulièrement le Prix du public attribué à Désirée de Victoria Jadot, le Prix de la mise en scène de la compétition internationale gratifiant le travail du Roumain Bogdan Muresanu sur Cadoul de craciun, déjà honoré à Clermont-Ferrand, et le Prix du jury à destination de Sous l'écorce d'Ève Chems de Brouwer (photo ci-dessus). Pour ce qui est des longs métrages, Perdrix d'Erwan Le Duc a gagné comme “meilleure première œuvre de fiction” et le duo Adèle Haenel/Jonathan Couzinié se partage le prix d'interprétation pour Les héros ne meurent jamais d'Aude Léa Rapin, dont on attend – avec impatience – la sortie en salles en France pour le début 2020.

Christophe Chauville

À lire aussi : 

- Le palmarès de War on Screen 2018.

- Le Film de l'été d'Emmanuel Marre, avec Jean-Benoît Ugeux, présenté dans une carte blanche à Bref au Festival de Nice 2019.