Revenir aux actus
Festivals
19/04/2019

11 pour une Palme !

La sélection des courts métrages en compétition officielle au prochain Festival de Cannes vient de tomber, ainsi que celle de la Cinéfondation.

Ces dernières années, on connaissait tous les détails de la compétition courte cannoise et de la Cinéfondation à la veille de la conférence de presse générale, cette fois c'est tombé le jour d'après, ce qui met en valeur, finalement, la chose...

Deux films français figurent parmi les 11 candidats à la Palme d'or du court métrage : un film d'animation – L'heure de l'ours d'Agnès Patron, produit par Sacrebleu Productions – et un documentaire – Le grand saut de Vanessa Dumont et Nicolas Davenel, produit par la société Superstructure. Pour le reste, donc les fictions, plusieurs “copros” aussi sont concernées, comme souvent, entre l'Hexagone et, cette année, l'Albanie (The Van d'Erenik Bequiri) et la Grèce (La distance entre nous et le ciel de Vasilis Kekatos (dont un autre court, Le silence des poissons volants, a été fort remarqué ces derniers mois, ayant ainsi reçu le Grand prix à Villeurbanne). Les autres films en lice sont Anna de Dekel Berenson (Ukraine, Israël et Royaume-Uni), All Inclusive de Teemu Nikki (Finlande), Ingen Lyssnar d'Elin Övergaard (Suède), Parparim de Yona Rozenkier (Israël – un long métrage signé du même réalisateur sortira d'ailleurs le 12 juin prochain : Un havre de paix), Montruo Dios d'Agustina San Martin et La siesta de Federico Luis Tachella (tous les deux venus d'Argentine), sans oublier White Echo, de Chloë Sevigny, d'évidence le nom le plus connu du lot. Les durées des films s'étalent de 7 à 15 minutes (la limite maximum, comme chacun sait) et le palmarès sera prononcé le samedi 25 mai (voir aussi le site du festival).

Du côté de la Cinéfondation, 22e du nom, il y aura 17 œuvres d'école en lice, dont trois animations. Côté français concourront Mano à mano de Louise Courvoisier, réalisé dans le cadre de la Cinéfabrique de Lyon (un autre film de la jeune réalisatrice, La jarretière, a été présenté dans plusieurs festivals récemment, notamment Alès), et Rosso : La vera storia falsa del pescatore clemente d'Antonio Messana, une production Fémis. La FAMU, la NFTS et la Filmakademie de Vienne sont également, entre autres, présentes. Les trois prix de la section seront connus dès le 23 mai.

Place maintenant à la Semaine de la critique, dont la sélection sera révélée finalement lundi prochain, le 22 mai, et à la Quinzaine des réalisateurs, dont la conférence de presse aura lieu le lendemain. Et on rappelle évidemment pour finir que la compétition des longs accueille cette année les premiers longs métrages de Mati Diop (que les lecteurs de Bref connaissent très bien), Atlantique, et de Ladj Ly, Les Misérables, dont la version courte est en ce moment visible sur notre site. Et Justine Triet, passée successivement par l'Acid et la Semaine de la critique avec La bataille de Solférino et Victoria, poursuit logiquement son cursus honorum avec Sibyl.

Christophe Chauville

À lire aussi :
Le Palmarès courts métrages de Cannes 2018.
Le silence des poissons mourants primé à Villeurbanne.