Revenir aux actus
Festivals
06/11/2019

Top départ pour Paris Courts devant 2019

Le Festival Paris Courts devant revient après une éclipse d'un an et sa 14e édition investit les 7 Batignolles, à Paris, jusqu'au dimanche 10 au soir.

Outre la séance de carte blanche des 30 ans de Bref évoquée par ailleurs, le menu de cette édition de “come-back” de Paris Courts devant apparaît très dense, sur cinq grandes journées à partir de ce mercredi. 

La compétition officielle de courts métrages comprend 4 programmes, projetés deux fois chacun et où l'on pourra retrouver notamment L'heure de l'ours d'Agnès Patron, Le coup des larmes de Clémence Poésy, Boustifaille de Pierre Mazingarbe, L'aventure atomique de Loïc Barché, Rap Night de Salvatore Lista (photo ci-dessous à droite), Kilt de Rakel Ström, etc.

Une jolie séance pour jeune public, “Les petits courts devant”, comprendra L'enfant chameau de Chabname Zariab, Têtard de Jean-Claude Rozec, Cœur fondant de Benoît Chieux (visuel ci-dessous à gauche) ou encore Plein ouest d'Alice Douard, donc à la fois de l'animation et de la fiction. 

 

 

 

 

 

L'un des autres points forts de la manifestation cette année tournera autour de ses multiples rencontres et tables rondes mises en place, parfois en partenariat avec la SRF, la SACD ou la Maison du film. Citons les thématiques des tandems réalisateurs/scénaristes ou des acteurs/actrices passant à la réalisation. Le premier long métrage est un autre motif mis en avant durant ces jours de festival, notamment avec les séances d'avant-premières en soirée, qui permettront de voir en amont de leurs sorties respectives Les Misérables de Ladj Ly (en ouverture, ce mercredi 6 à 20h), Les héros ne meurent jamais d'Aude Léa Rapin, La dernière vie de Simon de Léo Karmann et Un vrai bonhomme de Benjamin Parent. 

On n'omettra pas de signaler enfin les concerts programmés, dont ceux de la comédienne Coralie Russier ou du duo Baya Kasmi/Michel Leclerc, qui assureront aussi une masterclass à suivre le dimanche après-midi à 16h.

Christophe Chauville

À lire aussi :

- Le palmarès du 13e Festival Paris Courts devant.

- Un court métrage de Michel Leclerc : Le poteau rose.