Revenir aux actus
Festivals
24/05/2019

Déjà des heureux à Cannes !

En attendant la cérémonie de clôture du samedi 25 au soir, plusieurs lauréats sont déjà connus en ce qui touche à ce Festival de Cannes 2019, notamment pour les courts métrages.

À la Quinzaine des réalisateurs, qui demeure par essence non compétitive, l’unique récompense pour ce qui est des courts métrages est toujours le Prix Illy, qui a été décerné, par un jury présidé par Yann Gonzalez, à Stay Awake, Be Ready d’An Pham Thien (photo de bandeau), jeune réalisateur vietnamien de 30 ans. Le film, qui est une coproduction entre Vietnam, Corée du Sud et États-Unis, pourra être découvert dans le cadre de la reprise au Forum des images de la Quinzaine, plus précisément le samedi 1er juin à 16h30. En outre, parmi les partenaires de la section remettant des prix, la SACD a porté son choix sur Une fille facile de Rebecca Zlotowski tandis qu’Europa Cinéma a décerné son précieux Label à Nicolas Pariser, ancien du court métrage, pour son second long métrage Alice et le maire, qui sortira en salles à la rentrée.

Pour la Semaine de la critique, les gagnants de la 58édition avaient été dévoilés dès mercredi dernier. Le Prix Découverte Leica Ciné du court métrage est allé à She Runs de Qiu Yang (photo ci-dessous à droite), coproduction entre Wild Grass Films et, côté français, Les Valseurs. Quant au Prix Canal+ du court métrage, il a été remis à Sans mauvaise intention, production danoise signée Andrias Høgenni (photo ci-dessous à gauche). Il sera diffusé prochainement dans le cadre de l’émission hebdomadaire Top of the Shorts. On se reportera au programme de la reprise parisienne de la Semaine à la Cinémathèque française, du 5 au 12 juin, en signalant aussi que Jérémy Clapin, dont le court métrage Skhizein est en ligne sur notre site actuellement, a décroché le Grand prix Nespresso pour son premier long, J’ai perdu mon corps, en une belle reconnaissance de plus pour le cinéma d’animation français dans son ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

Après quoi c’est la Cinéfondation qui a distribué ses récompenses, toujours prisées des étudiants en cinéma du monde entier qu’elle met – pacifiquement – aux prises. Le jury était présidé cette année par Claire Denis, qui était accompagnée de Stacy Martin, Eran Korilin, Panos H. Koutras et Catalin Mitulescu. Le premier prix est revenu à un film français : Mano à mano, de Louise Courvoisier, issue de la CinéFabrique, cette école de cinéma créée à Lyon par Claude Mouriéras. Hiéu de Richard Van (États-Unis) a obtenu le deuxième prix, tandis que le troisième est allé à deux ex-aequo : Ambience du Palestinien Wisam Al Javari (photo ci-dessous, à droite) et Duszyczka de la Polonaise Barbara Rupik, que l'on pourra voir aussi à Annecy en juin (photo ci-dessous, à gauche).

 

 

 

 

 

Concluons ce passage en revue des cérémonies de remises de prix avec ceux d'UniFrance, qui ont plébiscité Le Chant d’Ahmed, de Foued Mansour, lauréat du Grand prix et du Prix Grand Action, poursuivant un parcours en festivals remarquable (primé à Brive). Plein ouest, le nouveau film d’Alice Douard (après Extrasystole en 2013 et Les filles en 2015), a reçu le Prix spécial du jury et Ma branche toute fine de Dinara Droukarova, bien connue comme comédienne, une mention spéciale. Tout le palmarès est à retrouver ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Par ailleurs, UniFrance et la Fête du court métrage se sont associéespour créer cette année un Prix du distributeur de court métrage. C’est la société Autour de Minuit, créée en 2001 par Nicolas Schmerkin, qui en est le premier lauréat. La Fête du court métrage mettra ainsi à l’honneur Autour de Minuit au sein de la programmation de son édition 2020.

Et place maintenant au compte à rebours qui mènera à la remise de la Palme d’or du court métrage, nous vous en tiendrons évidemment au courant (actualisation à lire ici)…

Christophe Chauville

À lire aussi :
Les lauréats des différentes sections cannoises l'an dernier, en 2018.