Revenir aux films

La traction des pôles J-126

Marine Levéel

  • 2018 , 24 minutes
  • Fiction
  • Production : Apaches Films
  • Interprétation :
    • Gilles Vandeweerd
    • Victor Fradet
  • Courts d'aujourd'hui
  • À la une
  • Musique originale
  • Clermont-Ferrand 2020
  • Recommandés par Télérama
  • Nouvelles générations
  • Sélection Télérama
  • Musique originale

// Synopsis

De près, Mika semble évoluer dans une nébuleuse de désirs : retrouver son cochon disparu, obtenir sa certification biologique, rompre sa solitude dans un désert de colza. Mais de plus loin, Mickaël a plutôt l’air d’être un point aimanté vers Paul.

// Biographie

Marine Levéel

Marine Levéel étudie aux Beaux-Arts avant d’intégrer l’ESAV, parcours réalisation et scénario, à Toulouse.

Elle débute comme technicienne sur les plateaux de tournage, tout en autoproduisant en parallèle plusieurs projets personnels. La traction des pôles, son premier court métrage (produit par Apaches Films), porte sur les idylles d’un agriculteur à l’ère des applications de rencontres. Le film est notamment sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand en 2019 et primé au Festival Premier Plans d’Angers la même année. Il fait également partie des vingt-quatre films pré-selectionnés pour le César du meilleur court métrage 2020.

Marine Levéel travaille actuellement sur un projet de bande dessinée.


// La critique

Ces dernières années, les écrans de cinéma prêtent aux amours gays des décors pour vivre au grand air. Il y a les rives, en apparence paisibles, d’Alain Guiraudie (L’inconnu du lac, 2013), et la montagne, arpentée et travaillée par les troupeaux et les amants bergers chez Ang et Francis Lee (respectivement Le secret de Brokeback Mountain, 2005, et God’s Own Country, 2017). Le Mika de Marine Levéel est agriculteur lui aussi, mais son exploitation, qu’il s’échine à faire certifier bio, se situe bien loin des reliefs majestueux du Wyoming ou du Yorkshire. Certes plus plats, les champs (de colza) que scrute Mika quand ses cochons lui en laissent le loisir n’en sont pas moins le théâtre de désirs ardents.

Sélectionné à Premiers plans pour la lecture officielle de son scénario en 2018 et récompensé par son Prix du public en 2019, La traction des pôles est revenu à Angers cette année pour une “projection sensorielle”. Le film y était accompagné de son audiodescription, co-rédigée lors des derniers Ateliers d’Angers par Dune Cherville, audiodescriptrice professionnelle, et les participant(e)s à son atelier y ont découvert ce procédé destiné au public non-voyant, qui vise à restituer les éléments visuels d’un film au moyen d’un texte enregistré sur ses silences. Doté à la fois d’un grand sens graphique, à l’image de sa très belle affiche, et d’un subtil travail sonore, l’univers de cette première œuvre se prêtait bien à l’exercice.

Dans le regard de la cinéaste, passée par les Beaux-Arts, ici attentive à la couleur et non rétive à l’usage de quelques effets numériques, les “grands espaces” agricoles de l’Est français se dessinent en à-plats de jaune et monochromes de ciel. Les bips du GPS guident Mika dans le colza, jusqu’à un petit point rouge. Les corps finissent par se rencontrer, dans une plongée verticale où les nuances se mélangent, et où l’on pense à une version pour adultes de l’album illustré Petit-Bleu et Petit-Jaune de Léo Lionni (L’École des Loisirs, 1970). À l’écoute de la vie des sols et des rivières, qu’ausculte un inspecteur sanitaire et où s’agitent quelques têtards, le film travaille à zoomer/dé-zoomer. Des soucis prosaïques – comme la brève évocation du conflit entre adeptes du purisme et de la technologie en agriculture – aux élans romantiques de son personnage. Marine Levéel garde, in fine, les yeux rivés vers le ciel. De son affiche à son générique de fin, le film reste rivé sur les étoiles et file la métaphore ; mystérieusement distillé, un certain magnétisme tracte ces pôles, et leurs trajectoires et unions fugaces dessinent les constellations.

Cloé Tralci

Réalisation et scénario : Marine Levéel. Image : Léo Roussel.
Montage : Marylou Vergez. Son : Rémi Chanaud et Paul Jousselin. 
Musique originale : Santiago Dolan. Interprétation : Gilles Vandeweerd et
Victor Fradet. Production : Apaches Films.

Avec le soutien de la 

// Bonus

// A voir aussi...