Revenir aux films

Charlot musicien J-121

Charles Chaplin

  • 1916 , 25 minutes
  • Fiction
  • Production : Mutual
  • Interprétation :
    • Charles Chaplin
    • Edna Purviance
    • Éric Campbell
  • Classiques
  • Comédies

// Synopsis

Charlot est un vagabond violoniste qui vit de sa musique. Il tombe amoureux d’une jeune fille enlevée par des bohémiens, Edna, qui vit de misère dans une roulotte, est choisie comme modèle par un peintre de passage. La toile est exposée, et sa mère très riche reconnaît la fille qu’elle a perdue depuis des années. Edna choisira-t-elle l’amour ou le confort feutré de son milieu d’origine ?

// Biographie

Charles Chaplin

Après une enfance vécue dans une grande pauvreté en Angleterre, Charlie Chaplin (né à Londres le 16 avril 1889) connaît très jeune le succès, d’abord dans le monde du cabaret et du music-hall, puis à Hollywood à partir de 1914. Pour gagner sa vie (1914) est le premier film dans lequel il apparaît, et c’est dans Charlot est content de lui (1914) que son célèbre personnage voit le jour. Charlie Chaplin continue en réalisant lui-même ses films, environ un par semaine, dans un genre proche du slapstick traditionnel, mais à l’action moins resserrée, plus lente.

Charlot artiste peintre, Charlot papa, Charlot boxeur, Une vie de chien (pour lequel il compose pour la première fois la musique), Charlot soldat, Charlot émigrant… On compte près de soixante courts métrages qu’il écrit, réalise et interprète, jusqu’au premier long métrage Le kid, en 1921. Le thème de la pauvreté y revient souvent. Les films mêlent ainsi le comique et le pathétique, dépassant de plus en plus le genre du slapstick pour donner un regard personnel sur le monde et la société, notamment inspiré des souvenirs de l’enfance du réalisateur.

On sait que l’avènement du cinéma parlant fut d’abord difficile pour Charlie Chaplin. Mais dans Les lumières de la ville (1931) et Les temps modernes (1936), il n’a pas abandonné son amour pour le pantomime, langage universel. C’est seulement avec Le dictateur (1940) qu’il passe au cinéma parlant, et donne à ses films une vision de plus en plus politique, mais en même temps toujours surpassée par la poésie. Cette vision lui est reprochée dans les années 1950 par les autorités américaines, qui y voient des sympathies pour le communisme.

Charlie Chaplin, avec sa dernière femme Oona O’Neill, se voit contraint de passer le reste de ses jours en Suisse, réalisant plusieurs films en Europe (comme, en 1967, La comtesse de Hong-Kong, son seul film en couleur), jusqu’à sa mort, au matin du 25 décembre 1977. 



 


// La critique

 Y a-t-il plus universel et incontestable génie que celui de Chaplin pour déclencher immanquablement nos rires, quels que soient l'âge, les origines ou le milieu social ? Dans cette burlesque aventure de la grande période du milieu des années 1910, Charlot joue du violon, tombe amoureux et multiplie évidemment les gags !

On retrouvera sur ce film un document pédagogique téléchargeable, édité par L'Agence du court métrage et comprenant des propositions d'activités pratiques.

Conseillé à partir de 6 ans.

Réalisation et scénario : Charles Chaplin. Image : William C. Foster. Interprétation : Charles Chaplin, Edna Purviance et Éric Campbell. Production : Lone Star Corp. Distribution : Lobster Films.

// A voir aussi...