Revenir aux actus
Télé
16/04/2019

“Top of the Shorts” du 21 avril : deux courts qui résistent !

“Petits pas” d’Aqsa Altaf et “Deglet Nour” de Sofiane Halis et Simon Serna sont au menu du prochain numéro du magazine de courts de Canal+ cinéma, “Top of the Shorts”. Petite présentation des deux films...

Petits pas / One Small Step d'Aqsa Altaf (États-Unis, 13')

Une fillette de neuf ans ne parvient pas à arriver à l'heure à l'école. Et pour cause : dès le matin, il lui faut traîner sa petite soeur contestataire par le bras, déposer son jeune frère chez la nounou, rassembler ses classeurs et filer en classe. Cette organisation précaire s'avère d'autant plus stressante face aux menaces de sanctions du professeur et à l'annonce d'une sortie scolaire, à laquelle il ne faudra surtout pas être en retard. Attendant une mère prise par son travail, les deux soeurs sont livrées à elles-mêmes dès la sortie de l'école, où elles n'ont avalé qu'une moitié de repas chacune, faute de crédit sur leurs cartes de cantine. Elles apprennent à s'amuser d'un rien, d'une lampe torche pour imaginer des histoires sur le mur ou d'un dessin qui se veut représenter le gâteau d'anniversaire rêvé. Aqsa Altaf excelle à raconter l’enfance, la solitude et la séparation. Douceur et douleur sont transcendées par son regard profond et bienveillant, à travers le point de vue d'une aînée qui accepte sans se plaindre la charge qui lui incombe, s'adaptant à une nouvelle normalité.

La mère, seule, tente néanmoins de faire de son mieux suite à la disparition du père – nous le devinons – injustement victime d'une bavure policière. Elle explique son devoir de résistance en participant à une manifestation, pour laquelle elle élabore des pancartes portant les inscriptions “black lives matter”. Dans un discours assuré, elle encourage sa fille à suivre son rêve d'aller un jour sur la lune, souhait qu'elle matérialise en gardant un petit prospectus de fusée. Cette scène attendrissante, comme les prémices d'une séparation, scelle une compréhension tacite entre elles. Le jour où la maman ne rentre pas à la maison, la fillette s'efforce de maintenir le rythme mais se fait rapidement dépasser par la situation. Elle s'émancipe d'un quotidien qui ne devrait pas être le sien, pour rejoindre le bus scolaire et entrevoir son avenir.
 

 Deglet Nour de Sofiane Halis (Algérie/Maroc/France, 19')

Ismaël rêve de bâtir des villes, son casque bleu sur la tête. Il prend à cœur son travail et s'imagine déjà à la tête d'un chantier. Seulement, il se heurte à un patron antipathique qui ne paye pas, traitant ses ouvriers comme des moins que rien. Le seul travail qu'on lui propose, c'est de remplacer son ami Ryad à la sécurité d'un chantier. Ravi de pouvoir se rendre utile, Ismaël s'exécute et va même jusqu'à garder le chien de son patron, Lipton. Son ami se désole de sa naïveté et tente de lui ouvrir les yeux. N'ayant pas été payé depuis plusieurs mois, il se retrouve à court d'argent et tente d'expliquer à Ismaël que la même situation lui pend au nez.

Allant de mal en pis, les deux amis perdent tous les deux leur chambre, faute de ne pas avoir réglé le loyer en temps et en heure. La nuit se rythme alors de diverses péripéties, les amenant à chercher des arrangements en errant dans les rues désertes. Ils mettent leur amitié à rude épreuve en confrontant leurs points de vue, l'un trop idéaliste, l'autre trop défaitiste. Leur fraternité subsiste jusqu'au petit matin, tandis qu'Ismaël prend la décision de partir, accompagné de ce chien adopté devenu son plus fidèle allié. Le réalisateur Sofiane Halis et son coscénariste Simon Serna proposent une chronique sociale, dans les pas de deux jeunes hommes faisant face au chômage et à la précarité du quotidien. Deux hommes qui, par la force des choses, doivent se réinventer.

Léa Drevon

Top of the Shorts, dimanche 21 avril à 22h50 sur Canal+ cinéma. En replay dans la semaine suivant la diffusion sur MyCanal.