Revenir aux actus
Télé
30/06/2020

Amère “Finale” pour “Top of the Shorts”

Dernière séance, ce dimanche 5 juillet, pour le magazine hebdomadaire consacré au court métrage sur Canal+ cinéma, avec un film au titre prédestiné : “Finale”, de Stéphan Castang.

Il y a une pointe de tristesse alors que se profile l'ultime numéro de Top of the Shorts, qui avait succédé au fameux Mickrociné comme vitrine de l'activité – centrale et cruciale pour l'écosystème du court métrage en France, et même au-delà – de “Canal”. Et ce, aussi, parce qu'on n'a pas pour l'heure d'informations précises sur la suite, en espérant déjà qu'il y en aura une…

En attendant, l'équipe de Pascale Faure, qui s'est réduite comme peau de chagrin ces derniers mois, tire sa révérence avec un seul et unique film, ce dimanche 5 juillet à 22h40 (plus des replay dans la semaine suivante). D'une durée frisant le moyen métrage, Finale est signé d'un cinéaste important pour la chaîne dans la dernière période : Stéphan Castang est en effet l'auteur de l'un des films courts les plus marquants qui s'est inscrit au sein de l'une des annuelles “Collections” passées, à savoir Panthéon Discount, qui fut diffusé sur Brefcinema et où l'on pouvait retrouver Jean-Pierre Kalfon.

Ce dernier est à nouveau l'un des principaux protagonistes de Finale, pour lequel l'auteur de Jeunesses françaises approfondit certains thèmes lui tenant à cœur et retrouve ses fidèles producteurs de Takami productions. Il se lance cette fois comme un défi quasi programmatique de “filmer des vieux”, mais en une direction inusuelle, “punk” et insoumise, avec trafic de shit et vie charnelle adultère à quatre-vingt balais – ce qui demeure très rarement représenté à l'écran, quelle que soit la cinématographie d'origine. Il regarde ses personnages âgés et flappis avec tendresse, faisant d'eux de vieux gamins sacrément plus libres que les générations suivantes. Et il égratigne au passage ces moments collectifs fédérateurs auxquels lui ne croit aucunement, telle la liesse de ce jour de finale de Coupe du monde de football 2018, qui contraste avec l'horizon des pensionnaires d'une maison de retraite, finalement tous arrivés au même point que ce Jean-Pierre qu'incarne Kalfon et dont les jours sont comptés…

Cette Finale apparaît ainsi doublement teintée d'amertume, clôturant une période déjà particulière en elle-même. L'envie d'avoir de bonnes nouvelles du côté du groupe Canal+ d'ici la rentrée n'en est que plus prégnante.

Christophe Chauville

À lire aussi :

- Le départ de Pascale Faure de Canal+.

- Les films courts de juin à la télé.