Revenir aux actus
News
29/01/2020

Ils seront salle Pleyel le 28 février pour les Césars 2020 !

Pour suivre les César 2020, il sera utile d'avoir les numéros 124 et 125 de “Bref” à portée de main…

La conférence de presse des César 2020 a eu lieu ce matin à 10h au Fouquet's, présentée par Alain Terzian et Florence Foresti, qui sera à nouveau la maîtresse de la cérémonie du vendredi 28 février en salle Pleyel.

Dans la catégorie du “meilleur film de court métrage”, les cinq nommés sont Beautiful Loser de Maxime Roy (photo ci-dessous à gauche), Le chant d'Ahmed de Foued Mansour, Chien bleu de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, Nefta Football Club d'Yves Piat (en ligne dès le vendredi 31 janvier sur Brefcinema) et Pile poil de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller. Tous figurent au sommaire du numéro 125 de notre revue, qui paraît cette semaine, et on félicite chaleureusement leurs réalisateurs au passage.

Et même si tout le monde ne peut évidemment faire partie des cinq derniers candidats, citons d'autres courts ou moyens métrages qui auraient très bien pu en être, tels Braquer Poitiers de Claude Schmitz, La chanson de Tiphaine Raffier, D'un château l'autre d'Emmanuel Marre (également à voir sur Brefcinema à partir du 31 janvier) ou encore Le discours d'acceptation glorieux de Nicolas Chauvin de Benjamin Crotty.

 

 

 

 

 


Pour le court métrage d'animation seront en lice Ce magnifique gâteau !, d'Emma de Swaef et Marc James Roels (Vivement Lundi !), Je sors acheter des cigarettes d'Osman Cerfon (visuel ci-dessus à droite), Make it Soul de Jean-Charles Mbotti Malolo et La nuit des sacs plastiques de Gabriel Harel (les deux derniers sont produits par Kazak productions. La bizarrerie de l'année en la matière est tout de même l'absence de Mémorable, de Bruno Collet, pourtant nommé aux prochains Oscars et qui a dû pâtir d'affronter une concurrence sans doute plus relevée sur le terrain hexagonal !

Toujours en matière d'animation, mais côté longs métrages, Jérémy Clapin (J'ai perdu mon corps), Lorenzo Mattoti (La fameuse invasion des ours en Sicile) et le duo Zabou Breitman/Éléa Gobbé-Mévellec (Les hirondelles de Kaboul) se disputeront le trophée, ce qui nous permet au passage de déplorer l'absence du superbe Voyage du prince de Jean-François Laguionie et Xavier Picard.

Mentionnons également les nominations au César du meilleur premier long métrage, toujours improprement qualifié de “premier film”, on le répète inlassablement : nos chouchous Atlantique de Mati Diop et Les Misérables de Ladj Ly (également nommé en meilleur film et qui décroche 11 nominations au total) en découdront avec Au nom de la terre d'Édouard Bergeron, Le chant du loup d'Antonin Baudry et Papicha de Mounia Meddour. 

Pas question de conclure sans signaler l'absence complète de nominations – pas une, zéro ! – pour deux des plus beaux films de l'année, Une fille facile de Rebecca Zlotowski et C'est ça l'amour de Claire Burger : il y a quand même un truc qui ne tourne pas rond, là…

Christophe Chauville

 

À voir :

- La nuit des sacs plastiques de Gabriel Harel, en ligne actuellement sur Brefcinema.

À lire aussi :

- Notre critique de Chien bleu de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh.

- Le palmarès des César 2019.