Revenir aux actus
Livres et revues
20/02/2017

L'autre versant de la comédie hexagonale

Petit compte-rendu d'un livre d'entretiens r├ęcemment paru chez Jean-Michel Place.

C’est un petit livre inattendu, une belle initiative due à l’ACRIF (Association des Cinémas de Recherche d’Île-de-France) pour tenter de circonscrire ce qui se jouerait de nouveau dans le registre de la comédie en France depuis quelques années. Pas dans le champ du blockbuster comique qui inonde les écrans et engrange les euros, plutôt dans les marges, là où ont essaimé, depuis une dizaine d’années, des voix singulières. Nombre d’entre elles étant apparues d’ailleurs au gré de courts ou de moyens métrages que nous avons défendus dans Bref.

C’est ainsi que Jacky Goldberg des Inrockuptibles, Fernando Ganzo de So Film et Quentin Mével de l’ACRIF sont allés rencontrer des cinéastes aussi différents qu’Antonin Peretjatko, Justine Triet, Jean-Christophe Meurisse, Axelle Ropert, Sébastien Betbeder ou Rudi Rosenberg. Mais aussi le réalisateur de Radiostars (Romain Lévy), l’insaisissable Éric Judor ou encore, de façon plus étonnante, le duo Éric Toledano/Olivier Nakache (gage de la part des auteurs d’une ouverture d’esprit bienvenue et d’un refus de se cantonner aux outsiders).

L’équilibre hasardeux de l’ensemble tient à la complémentarité des témoignages, tous axés sur le travail, la fabrication, les choix de mise en scène. Quand l’un parle plus volontiers de montage, de découpage (Peretjatko, passionnant), l’autre sera plus disert sur sa méthode avec les acteurs (l’improvisation chez Meurisse ; l’écriture collective pour Betbeder), d’autres encore sur leurs influences (Judor pour Pierre Richard et contre Chaplin ; Ropert et la comédie hollywoodienne classique ; Lévy et Rosenberg sur leur rapport à cette nouvelle comédie américaine des années 2000 dont Jacky Goldberg, l’un des trois interviewers, est, depuis plus de dix ans, l’un des plus précieux cartographes).

Alors, que l’on aime plus ou moins les films dont il est question, que l’on trouve le discours de certain(e)s plus ou moins raccord avec le résultat livré à l’écran, la lecture de ce petit livre rappelle à quel point le comique est une construction difficile, une question de rythme, de montage avant tout, où le hasard, la chance et les malentendus n’ont pas vraiment leur place. Et incidemment, par leurs propos, ces dix cinéastes remettent la mise en scène au cœur des débats, cela pour un genre dont on sait bien, depuis longtemps, comme, pris au sérieux, il n’est en rien mineur.

Stéphane Kahn

La nouvelle comédie du cinéma françaisLes Nouvelles éditions Jean-Michel Place, 10 euros.
En librairie à partir du 20 février 2017.

Une table ronde autour du thème aura lieu le dimanche 26 février à 18h30 dans le cadre des Journées cinématographiques dionysiennes au cinéma L'Écran de Saint-Denis, réunissant l'actrice Laetitia Dosch et les réalisateurs Serge Bozon, Benoit Forgeard et Jean-Christophe Meurisse. Elle sera animée par Fernando Ganzo, l'un des auteurs de l'ouvrage, critique de cinéma et co-rédacteur en chef du magazine So Film.