Revenir aux actus
Livres et revues
27/03/2020

Deux lectures vivement recommandées : “Blink Blank” et “Madame de…”

En cette période de confinement, le temps qu'il est possible de consacrer à lire est a priori plus conséquent. Une nouvelle revue de cinéma et un livre en particulier tombent donc à pic à cet égard.

Le président Macron l'a laissé entendre lors de l'une de ses dernières interventions télévisées : il convient de mettre à profit le temps passé à la maison pendant cette période de confinement, appelée à durer, pour retrouver ses réflexes de lecteur plus assidu. On a donc deux bons conseils à répercuter dans cette perspective. La revue Blink Blank, tout d'abord (on adore ce nom de baptême, au passage…), dédiée au cinéma d'animation et dont le tout premier opus est paru au mois de janvier dernier, avant de prendre dès lors un rythme de croisière semestriel.

Ce numéro 1 est d'une richesse impressionnante, proposant ainsi un dossier sur l'entrée de l'animation vers un âge adulte – avec le point d'interrogation qui s'impose dans le titre – et de nombreux entretiens, qui sont l'une des lignes de force de la revue. On citera à cet égard les frères Quay, Lorenzo Mattotti (l'auteur de La fameuse invasion des ours en Sicile, trop vu en salles l'an dernier, photo ci-dessus), le récemment césarisé Jérémy Clapin ou encore Florence Miailhe, dont le premier long métrage, La traversée (photo de bandeau), devrait sortir à la rentrée de septembre au cinéma. Les créateurs sont aussi mis à contribution directement, à travers des textes inédits de Takahata et de Dudok de Wit, tandis qu'un portrait de David O'Reilly emmène sur un autre terrain du cinéma d'animation.

C'est une autre caractéristique de l'orientation éditoriale choisie, ce dont nous nous félicitons évidemment, que de s'intéresser aussi bien au long et au court métrage, aux séries et aux œuvres expérimentales telles le Swatted d'Ismaël Joffroy-Chandoutis. Des critiques sont donc consacrées à des productions aussi importantes, cette année, que les courts Mémorable de Bruno Collet et L'heure de l'ours d'Agnès Patron (visible gratuitement sur Brefcinema pendant la semaine de la Fête du court métrage 2020), entre autres. Un credo partagé qui s'explique aisément, la rédaction en chef de Blink Blank étant assurée par Jacques Kermabon, qui s'est aussi comme chacun sait occupé de Bref durant de nombreuses années, jusqu'à l'été 2018. Certaines plumes familières de notre revue collaborent également à ce nouveau projet d'édition à qui nous souhaitons la plus belle des fortunes.

Notre ancien rédacteur en chef ne chômant pas, il a en outre publié récemment un petit livre qu'il nous importe de recommander également, consacré au chef-d'œuvre de Max Ophuls, Madame de… On peut être spécialiste de court et savoir s'emparer, bien évidemment, de manière pertinente et inspirée d'un classique de l'histoire du cinéma. Celui-ci est dans cette monographie parue chez Yellow Now et largement illustrée, exploré et analysé dans le détail, avec une finesse et un enthousiasme qui donne immanquablement envie de revoir ce film dont une version restaurée existe désormais – ou le découvrir pour quiconque ne l'aurait encore jamais vu…

L'auteur nous entraîne dans le tourbillon de “rimes, répétitions et variations” – c'est le titre d'un chapitre – emblématique d'une œuvre qu'Ophuls avait à l'origine imaginée pouvoir être menée à bien en ne filmant ses personnages qu'au travers de miroirs, ce qui se révéla impossible… La forme de l'essai répond à celle de ce grand film de 1953, dont on a quelque peu oublié qu'il s'inspire d'un court roman de Louise de Vilmorin, elle aussi méconnue des jeunes générations. Beaucoup de choses sont décidément à remettre au goût du jour, et cette drôle de période peut, avec ses plages de temps inattendues ainsi ouvertes, le permettre potentiellement.

Christophe Chauville


Blink Blank
, la revue du film d'animation, numéro 1, WARM / NEF Édition / Cinémathèque québécoise, 20 euros.
Disponible depuis le 10 janvier 2020.

Madame de… de Max Ophuls, par Jacques Kermabon, Yellow Now, Côté films #38, 12,50 euros.
Paru en octobre 2019.