Revenir aux actus
Festivals
20/07/2020

Marseille à l'heure du FID

Après la tenue en ligne du FIDLab, le 31e Festival international de Marseille aura bel et bien lieu en physique. Le lancement est même imminent, entre le 22 et le 26 juillet.

Riche programme, encore, que celui du FID Marseille en cette année très spéciale à travers, tout d'abord, les compétitions “Premier film-CNAP” et “Flash”, mais aussi des films proposés hors compétition, des séances spéciales (celle du CNAP, encore, ou dédiées à Alice Guy et à la Casa de Velazquez) et un hommage à Michel Piccoli, récemment disparu.

Comme à l'habitude, les différentes durées s'entrechoqueront au sein de la section compétitive et l'on trouvera des courts aux côtés des longs. Ainsi, A Potentiality de l'Américaine Dana Berman Duff fait 16 minutes, Bas chœur de Sarah Klingemann 50, Légendes de Julie Chaffort (photo ci-dessous) 43 et Voin de Gaëlle Boucand 30, côtoyant par ailleurs des formats longs dans un bel éclectisme de propositions de cinéma, muettes pour certaines.

La compétition baptisée “Flash”, qui est une innovation de cette édition, réunit comme son nom l'indique “des films dont la brièveté a la densité de l'éclair, l'évidence de l'éclat instantané, la beauté de la fulgurance.” Tous les courts métrages présentés y concourreront donc. Deux prix y seront décernés, dont, pour la première fois, un Prix Alice-Guy qui reviendra à une réalisatrice. Ce pourra être Lucie Pannetrat pour Dolce (photo de bandeau), Alessandra Celesia pour Come il bianco, Paula Rodríguez Polanco pour Heliconia, Elsa Brès pour Sweat, etc.

En hors compétition, beaucoup de variété semble se profiler aussi, avec notamment Ce n'était pas la bonne montagne, Mohammad de Mili Pecherer, Ch… de Florence Pazzottu, Tendre d'Isabel Pagliai ou encore un alléchant documentaire de 59 minutes signé Laurent Achard : Jean-François Stévenin - Simple messieurs (photo ci-dessous).

Sur le volet patrimonial, l'hommage à la pionnière Alice Guy, déjà citée, se fera en quatre œuvres courtes : Chez le magnétiseurLe cake-walk du Nouveau cirqueMadame a des envies et L'Américanisé. Enfin, l'hommage à Piccoli comprendra les incontournables Mauvais sang, Le mépris et Le charme discret de la bourgeoisie, mais aussi le moins connu Themroc de Claude Faraldo, à la turbulente tonalité très Seventies.

Christophe Chauville

À lire aussi :

- Le palmarès du FID 2019.

- Le Festival Phare d'Arles, du 28 au 31 juillet.