Revenir aux actus
Festivals
26/07/2019

La 72e édition du Festival du film de Locarno

Du 7 au 17 août, la cité tessinoise va redevenir le lieu de rassemblement incontournable du cinéma d'auteur international.

Une nouvelle fois cet été, Locarno devient la capitale mondiale du cinéma d’auteur. Et lors de cette 72e édition seront projetés une quinzaine de productions françaises et de coproductions françaises majoritaires (pour autant de coproductions minoritaires), ainsi que 12 courts métrages (VR incluse).

Une trentaine de longs métrages français seront présentés, pour la plupart en exclusivité mondiale, dont trois convoiteront le Léopard d’or en compétition officielle : Terminal Sud de Rabah Ameur-ZaïmècheLes enfants d'Isadora de Damien Manivel (dont nos abonnés ont déjà pu apprécier en ligne deux courts métrages : La dame au chien et Un dimanche matin) et Douze mille de Nadège Trebal.

                                          
                               Terminal Sud                                            Les Enfants d'Isadora                                        Douze Mille

Sur la prestigieuse Piazza grande, qui peut réunir jusqu'à 8 000 spectateurs, seront montrés Notre Dame de Valérie DonzelliLa fille au bracelet de Stéphane Demoustier ou Camille de Boris Lojkine, ainsi que La fameuse invasion des ours en Sicile, film d'animation de Lorenzo Mattotti présenté en première mondiale à Un certain regard en mai dernierJeanne Balibar présentera son premier film en tant que réalisatrice, Merveilles à Montfermeil, accompagnée de Mathieu AmalricRamzy Bédia et Emmanuelle Béart.

                       
                                                     Notre Dame                                                                                                 La fille au bracelet

                    
                                                           Camille                                                                           La fameuse invasion des ours en Sicile

Du côté du cinéma de répertoire, la rétrospective “Black Lights” donnera à voir ou revoir des classiques du cinéma “noir” comme West Indies - Les Nègres marrons de la liberté de Med HondoDaïnah la métisse de Jean Grémillon (qui est un moyen métrage !)Petit à petit de Jean Rouch ou encore Orfeu Negro de Marcel Camus, parmi beaucoup d'autres.

                      
                                                   Orfeu Negro                                                                                               Daïnah la métisse 

Enfin, une douzaine de courts métrages français – ou de coproduction française – concourront dans les catégories “Fuori Concorso Shorts”, “Moving Ahead Shorts” et les “Pardi di domani”. Pour ces derniers, le nouveau film de Simon Guélat, Aline, sera présenté au sein du concours national, puisqu'il s'agit d'une coprod' franco-suisse (des Films du Bélier côté parisien). Pour l'internationale, Frisson d'amour de Maxence Stamadiatis, Marée de Manon Coubia (dont le précédent court métrage, Les enfants partent à l'aube, a été proposé sur Brefcinema) et l'animation Mouton, loup et tasse de thé... de Marion Lacourt, produit par Ikki Films, seront en lice, ainsi que le dernier film de Diana Vidrascu, Vulcão: O Que Sonha um Lago?, qui associe des sociétés de production portugaise, française et roumaine.

La VR française sera représentée par Viens !, de Michel Reilhac, dont la première avait eu lieu au Festival de Sundance dans la section “New Frontier” en 2016. Il met en scène des femmes et des hommes, nus, apparus de nulle part, sur un fond blanc, dans l’espace ensoleillé d’une pièce lumineuse hors du temps. Ils se rencontrent, se touchent, partagent leur énergie et se transforment spirituellement.

On restera en outre particulièrement attentifs aux nouveaux films de Sébastien Lifshitz (voir notre focus dans Bref n°124), Adolescentes (photo ci-dessous à droite), et de Marie Losier qui, après avoir réalisé Cassandro the Exotico ! en 2018 (et de nombreux courts métrages, dont Bim bam boom, las luchas morenas), présente cette année un moyen métrage : Felix in Wonderland (photo ci-dessous à gauche).

Christophe Chauville et Léa Drevon

 

 

 

 

 

 


À lire aussi :
Le palmarès du Festival de Locarno 2018.