Revenir aux actus
Festivals
07/02/2019

L'insolence déjà plébiscitée à Clermont

Avant la cérémonie de clôture du 41e Festival de Clermont-Ferrand, le samedi 9 en soirée, de premiers prix toujours convoités ont été décernés.

Le Prix France Télévisions du court métrage est revenu au savoureusement impertinent film d'animation Raymonde ou l'évasion verticale, de Sarah Van den Boom (photo de bandeau). Il est également en lice pour le prochain César du court métrage d'animation et poursuit une carrière jalonnée de distinctions. Sa réalisatrice a souligné, en recevant son prix, l'importance, au sein de l'animation française, de l'art de la stop-motion, en appelant à le préserver et à le soutenir. Ce film réunit en production Papy 3D et JPL Films et Jean-François Bigot en a profité pour tacler de bon cœur le sinistre Yann Moix en louant “les vieilles chouettes de plus de 50 ans encore susceptibles de susciter le désir...”, à travers ce personnage, effectivement peu oubliable, de Raymonde, à qui Yolande Moreau prête son timbre, reconnaissable entre mille.

Le jury présidé par l'actrice et réalisatrice Clémence Poésy, a également décerné deux mentions spéciales pour l'interprétation de la jeune Lyna Khoudri dans Fatiya, de Marion Desseigne-Ravel (photo ci-contre), et de Thomas Blanchard dans Air comprimé, d'Antoine Giorgini. Les deux films sont eux aussi en lice en compétition nationale. Précison que ces mentions à des comédien(ne)s seront à nouveau à l'ordre du jour des éditions à venir de ce prix qui connaissait en 2019 sa 10e édition.

Plus ancien, le Prix de la Procirep, désigné par le vote de ses adhérents et désormais accompagné d'un trophée “en dur”, est revenu à Insolence Productions, jeune société dirigée par Anaïs Bertrand et qui s'est fait un nom ces dernières années sur le terrain du cinéma de genre et qui est doublement présent en Auvergne cette année avec Diversion, de Mathieu Mégemont (par ailleurs récemment primé à Gérardmer), et Le mal bleu, de Zoran Boukherma et Anaïs Tellenne (photo ci-dessous). Les deux autres finalistes étaient Yukunkun Productions, qui se trouvait déjà à cette place d'honneur en 2017, et Ikki Films.

Christophe Chauville