Revenir aux actus
Festivals
06/06/2019

Côté court 2019, c'est parti !

Le Ciné 104 de Pantin est jusqu'au 15 juin le centre névralgique du court métrage français, avec un programme très copieux comprenant une séance-anniversaire pour les 30 ans de “Bref”.

28e édition, déjà, pour le Festival Côté court de Pantin, qui s'est ouvert ce mercredi 5 juin par la grâce d'un magnifique hommage rendu à Agnès Varda, simple et émouvant à la fois. Place désormais aux 8 programmes de compétition de fiction, aux 5 de compétition “art vidéo” et à pas moins de 10 panoramas. À Pantin, l'intérêt majeur est toujours de retrouver des noms de talents déjà connus de nous tous (citons, cette année, Constance Meyer, Véronique Aubouy, Nicolas Leclère, Alice Douard, Louis Seguin, Emmanuel Marre, Claire Doyon, Anton Bialas, Valérie Mréjen et moult autres) et tant de jeunes pousses que l'on découvrira et suivra dès lors de près, à n'en pas douter.

Mais Côté court, c'est aussi de nombreux volets non compétitifs, avec des focus toujours très pertinents en premier lieu : 5 programmes dédié au court métrage portugais premettront de voir ou revoir des classiques d'Oliveira et de Monteiro, mais aussi tous ces films qui ont révélé la nouvelle génération lusitanienne depuis une dizaine d'années : Miguel Gomes, João Pedro Rodrigues, João Nicolau (photo ci-dessous à gauche : Rapace, 2006), Gabriel Abrantes ou encore Carlos Conceiçao et son Mauvais lapin.

 

 

 

 

 

Au programme également, deux séances consacrées à la filmographie de Pascal Rambert (photo ci-dessus à droite : Début, 2006), 9 “Écrans libres” (Jean-Charles Hue, Hubert Charuel, Romain Kronenberg, etc.), plusieurs “Conversations” (Mandico/Gonzalez, par exemple) et diverses séances spéciales (Grec/CNAP, Maison du film, Aide au film court en Seine-Saint-Denis, etc.), ainsi que des performances et des lives, comme c'est désormais devenu une habitude pour les nuits pantinoises.

Un projection-rencontre célébrant les 30 ans de Bref, aura lieu le lundi 10 juin à partir de 17h30, en présence de plusieurs cinéastes, proposant de voir ou revoir des films de réalisateurs repérés de concert par la revue et le festival depuis trois décennies, dont le premier Grand prix Côté court, en 1992 : Violente de Christophe Blanc, présenté en version restaurée.

Christophe Chauville

 

À lire :
Le palmarès de Côté court 2018.
Les 50 ans du Grec au Louxor, en partenariat avec Côté court.