Revenir aux actus
En salles
06/06/2019

“L'autre continent”, de Romain Cogitore : Taipei Story

Une belle surprise que ce film sorti cette semaine et qui permet de retrouver un réalisateur au patronyme plutôt en vogue...

Dans la famille Cogitore, on connaît maintenant très bien Clément, artiste multi-talents et dont Les Indes galantes a eu un retentissement considérable après un premier long déjà fort remarqué, Ni le ciel ni la terre, en 2015. Son frère Romain – et il y en a quatre autres ! – est un peu moins identifié, mais il a néanmoins déjà signé lui aussi un premier long, Nos résistances, en 2010, après un court sur le même sujet, Des hommes, en 2008. Celui-ci, son seul court métrage en tant que réalisateur, faisait preuve de belles qualités de mise en scène, particulièrement dans le cadre, que le réalisateur assure toujours lui-même (tout comme le montage), et dans une certaine manière d’inscrire en symbiose le romanesque dans un récit ample – le contexte de la fin de la Seconde Guerre mondiale en l’occurrence – et des paysages prenant véritable épaisseur de personnages, à savoir les forêts touffues de la région d’origine de la fratrie Cogitore, entre Vosges et Alsace

Avec L’autre continent, c’est un tout autre registre qui est exploré par la narration, inspirée d'une histoire vraie, autour de la rencontre amoureuse de deux jeunes gens plutôt singuliers, sinon excentriques, dont la relation est bientôt frappée par le destin et une maladie rare et a priori sans espoirs. On demeure pourtant très loin du mélo, la relecture proposée par Romain Cogitore jouant de surcroît avec les codes de la comédie romantique, selon un prisme bienvenu de dépaysement – à la fois sur les lieux et les langues. Le début du film se déroule ainsi à l’autre bout du monde, à Taïwan, où Maria (Déborah François) et Olivier (Paul Hamy) sont tous deux guides touristiques. L’objet filmique ainsi généré se révèle étrange, drôle et poétique, riche en fausses pistes désamorçant tous les clichés.

Quant à la suite, elle consistera en un nouveau long métrage, Une zone à défendre, écrit en bonne compagnie, avec Catherine Paillé, Thomas Bidegain et… Clément Cogitore. On suivra l’affaire de près, forcément.

Christophe Chauville

 

 

À lire aussi :
Critique du court métrage Martin pleure de Jonathan Vinel, auquel Paul Hamy a prêté sa voix.
Un autre regard sur les mutations en Chine : Derniers jours à Shibati.