Revenir aux actus
DVD
01/08/2019

Éditer la rareté, préserver la beauté : autour de cinq livres-DVD de La Traverse et les Éditions de l’œil

Un travail d'édition absolument remarquable a été mené par La Traverse et les Éditions de l'œil à travers la sortie simultanée de cinq nouveaux opus de leur collection commune.

Il faudrait plusieurs articles pour saluer comme il convient le travail éditorial de La Traverse et des Éditions de l’œil. Après la sortie du livre/DVD consacré au premier long métrage de Jean-François Laguionie, Gwen et le livre de sable, fable métaphysique fraichement restauré et visible en salles à l’automne, voici qu’arrivent quatre superbes livres-DVD poursuivant le travail entrepris depuis de nombreuses années par la structure autour des œuvres de Jean-Daniel Pollet ou de Paul Vecchiali.

Pour ce dernier, c’est cette fois son travail de producteur qui est mis à l’honneur avec la sortie de deux films emblématiques des années Diagonale (cf. Bref n°120) : Simone Barbès ou la vertu de Marie-Claude Treilhou et Beau temps mais orageux en fin de journée du regretté Gérard Frot-Coutaz. Tous deux étaient ressortis en salles l’été dernier, tous deux étaient devenus très rares : anomalie réparée désormais et occasion de (re)découvrir deux films superbes, emblématiques d’une entreprise de production exemplaire, entre compagnonnage, artisanat et débrouille.

Alors, dans la logique économique et créative instaurée, les films allaient par deux, partageant leurs équipes, leurs comédiens parfois (ainsi, Beau temps... fut-il le film-jumeau de Rosa la rose, fille publique de Vecchiali, tourné en même temps). Ce sont pourtant là deux films uniques, très singuliers, rappelant l’apport discret mais fondamental de deux cinéastes rares (et complices – comme le rappelle Treilhou dans un bonus) au cinéma français des années 1980.

Surtout, comme toujours chez les Éditions de l’œil, l’objet-même mérite le détour et les films s’enrichissent de bonus essentiels. On citera la retranscription d’une discussion entre Serge Daney, Micheline Presle et Gérard Frot-Coutaz en même temps que les reproductions de lettres, de scénarios annotés et les fines analyses de Serge Bozon (sur Simone Barbès) ou de Gaël Lépingle (sur l’itinéraire d’actrice de Micheline Presle plus précisément) dans les bonus vidéo. Tout un appareil critique (et parfois visuel) qui offre au spectateur bien plus que les films : qui donne envie de creuser, d’y revenir.

Tout comme le très beau Une bombe par hasard venait enrichir il y a peu le DVD de Gwen ou le livre de sable, un court métrage accompagne chaque long, non pour décorer ou remplir, mais en toute cohérence. Lourdes l’hiver de Marie-Claude Treilhou et Le goûter de Josette de Gérard Frot-Coutaz (photo de bandeau) sont ainsi tous deux issus du film à sketches que produisit Diagonale pour sceller, à leur initiative plutôt qu’à celle de Vecchiali qui n’y croyait guère, l’union de ses cinéastes en 1982. Cet Archipel des amours est un film mythique pour certains, un ratage pour d’autres (à commencer par Vecchiali qui aurait préféré une revue plutôt qu’un film collectif). Reste que Lourdes l’hiver, chef-d’œuvre de Marie-Claude Treilhou, tout en scansions, en vociférations, obtint, avec son étrange humour désespéré, le Prix Jean-Vigo du court métrage en 1983 et que l’on ne s’est toujours pas remis du premier visionnage de ce film ne ressemblant à aucun autre.

Comme on ne s’est pas remis d’avoir découvert L’ordre de Jean-Daniel Pollet au cinéma Le République lors d’une soirée… Bref, il y a un peu moins de vingt-cinq ans. Ce moyen métrage bouleversant, ou le cinéaste/essayiste partait à la rencontre de lépreux relégués sur une île grecque (et particulièrement de l’inoubliable Raimondakis), est opportunément édité en même temps que L’acrobate, long métrage où Pollet retrouvait Claude Melki, son acteur fétiche de Pourvu qu’on ait l’ivresseGala ou Rue Saint-Denis (trois courts mémorables des années 1960) pour une fantaisie burlesque présentée dans une belle copie restaurée. Dans un texte accompagnant le film, l’ethnologue Maurice Born éclaire les conditions de tournage de L’ordre, témoignant encore une fois, entre autres suppléments à lire ou à voir, du soin et de l’implication toute particulière d’un éditeur/cinéphile ayant à cœur de présenter, au mieux et dans le détail, chacune de ses nouvelles sorties.

Stéphane Kahn



L'acrobate
de Jean-Daniel Pollet, Simone Barbès ou la vertu de Marie-Claude Treilhou, Beau temps mais orageux en fin de journée de Gérard Froz-Coutaz, Gwen et le livre de sable de Jean-François Laguionie, L'ordre / Pour mémoire de Jean-Daniel Pollet, 5 livres-DVD, La Traverse / Les éditions de l'œil, de 64 à 112 pages, 25 euros chacun.

 

 

 

 

À lire aussi :

Le livre-DVD de Méditerranée de Jean-Daniel Pollet.