Revenir aux actus
À la une
15/03/2019

Le documentaire règne sur Paris : Cinéma du Réel 2019

Le Festival international du film documentaire se déroule du 15 au 24 mars au Centre Pompidou, pour une 41e édition et la première de sa nouvelle directrice artistique Catherine Bizern.

On sait que l’une des singularités, toujours louable, de la manifestation est de mêler dans sa compétition internationale officielle – qui réunit 20 films cette année – les durées de longs et de courts métrages. La palette ira des 16 minutes d’Altiplano, de Malena Szlam (Canada), aux 59 de Vivir alli no es el infierno…, version abrégée du titre à rallonge d’une production entre Brésil et Chili signée Javiera Véliz Fajardo. Blue Boy de Manuel Abramovich (photo ci-contre), Parsi d’Eduardo Williams ou Los que desean d’Elena López Riera seront aussi en lice.


Du côté de la sélection compétitive française, on retrouvera AltérationsKô murobushi (photo ci-dessous) de Basile Doganis (dont le premier long métrage de fiction, Meltem, est sorti dans les salles cette semaine), Presque un siècle de Pascale Bodet, L’immeuble des braves de Bojina Panayotova ou encore Tsuma musume haha, du tandem Alain Della Negra/Kaori Kinoshita (dont nous avons déjà proposé sur Brefcinema un court métrage, How Much Rain to Make a Rainbow). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



La cérémonie de remise des prix aura lieu le samedi 23 mars à 19 heures à Beaubourg, avec une présentation en avant-première du film de Frank Beauvais Ne croyez surtout pas que je hurle, remarqué récemment à la Berlinale. 

Parmi les autres modules de programmation à suivre, Claire Simon, par ailleurs présidente du jury des longs métrages, présentera la première saison de sa série documentaire Le village, tandis que l’on découvrira Il diaro di Angela. Noi due cineasti, de Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi, cette dernière s’étant éteinte en 2018. Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman, Varda par Agnès (en partenariat avec Arte) et Process / The Trial de Sergei Loznitsa (photo ci-contre) seront à coup sûr d’autres temps forts de la semaine, durant laquelle un hommage sera rendu à la Libanaise Jocelyne Saab, récemment disparue. La rétrospective exceptionnelle consacrée à Kevin Jerome Everson, artiste s’étant attaché à filmer la culture populaire afro-américaine, est aussi tout spécialement attendue, à travers sept longs métrages et deux séances de films courts.

À noter aussi une séance spéciale enfants au Luminor, le dimanche 24 mars à 11 heures, comprenant Le tigre de Tasmanie de Vergine Keaton, La sole entre l’eau et le sable d’Angèle Chiodo ou encore La pieuvre de Jean Painlevé.

Pour tous les détails, notamment sur la kyrielle d’autres volets de la programmation, on se reportera au site de la manifestation

Christophe Chauville